Le carroyage est une maille définie par l’INSEE qui sert à diffuser des informations statistiques issues de la DGFIP, comme la population, le niveau de revenu ou le type de logement. Il s'agit du maillage le plus fin qui existe pour la diffusion l’information statistique en France.

 

Présentation de la source

L’IRIS (Ilot Regroupé pour l’Information Statistique), le maillage le plus fin pour la diffusion des données du recensement est massivement utilisé dans nos applications web et dans le géomarketing en général. Les données carroyées sont un peu plus confidentielles car l’information diffusée sur cette maille est moins complète. Mais elle peut être très utile pour l’implantation de points de ventes qui nécessitent une connaissance très précise du voisinage immédiat.

Le carroyage consiste en un découpage du territoire français en carreaux de 200 mètres de côté. Ces carreaux s’affranchissent des limites communales ou départementales. Les informations qui sont diffusées à ce niveau sont récoltées par la Direction Générale des Finances Publiques (DGFIP). C’est cet organisme qui gère le cadastre et la collecte d’impôts, ces données sont donc exhaustives et fiables. Elles répondent à une norme européenne, la directive INSPIRE.

Ci-dessous une petite comparaison entre les IRIS et les données carroyées :

  • La source n’est pas la même, les informations diffusées à l’IRIS sont issues du recensement général de la population, alors que les données carroyées sont issues des déclarations d’impôts
  • Le recensement est effectué sur une partie de la population (environ 60% des ménages sont interrogés sur cinq ans) alors que les déclarations d’impôts sont remplies par la totalité des ménages.
  • Cette exhaustivité permet de diffuser les données collectées à un niveau plus fin. Il y a 50 200 IRIS en France métropolitaine, contre 2 275 000 carreaux. Un carreau contient donc en moyenne 28 personnes, contre 1 250 personnes pour un IRIS ou une commune non-divisée.
  • En revanche, l’information collectée lors de la déclaration d’impôts (et à plus forte raison l’information diffusée) est moins complète que pour le recensement. Un carreau contient 18 données socio-démographiques, contre 350 pour le recensement.
iris exemple carreaux exemple

Comparaison entre la résolution IRIS à gauche et carreaux à droite.

Le contenu

Les informations sont diffusées sur deux échelles. La première est le carreau. Une seule donnée est diffusée à cette échelle, la population qui habite dans le carreau. Les autres informations sont trop sensibles pour être diffusées au niveau d’un carreau qui ne contient, par exemple, qu’une seule personne. Les carreaux qui ne sont pas suffisamment peuplés sont donc regroupés en rectangles, ceux-ci doivent contenir au minimum 11 ménages.

Ces rectangles permettent de diffuser d’autres informations, tel que le nombre de ménages, la population par tranche d’âge (huit tranches), la taille des ménages, la surface cumulée des logements, le nombre de propriétaires, le nombre de personnes vivant en logement collectif ou encore la somme des revenus fiscaux. Certaines variables jugées comme sensibles, comme les revenus, sont traitées lorsqu’elles prennent des valeurs extrêmes.

 

L’intérêt de ces données

La population au carreau donne déjà une information essentielle pour l’implantation, par exemple, d’un commerce ou d’un service de proximité (une superette, une boulangerie, un coiffeur) dont la zone de chalandise ne dépasse généralement pas quelques rues. L’IRIS n’est donc déjà pas assez précise pour déterminer le potentiel de la zone, contrairement au carreau.

Si les autres informations diffusées sont moins complètes que pour les IRIS, elles permettent déjà de déterminer le profil du voisinage immédiat, et notamment son niveau de vie, une information essentielle pour l’implantation d’un commerce. Les personnes âgées propriétaires d’une maison peuvent également avoir des besoins différents que les jeunes locataires d’un petit studio, ou que les familles nombreuses vivant dans un grand logement.

Les informations contenues dans les données carroyées peuvent être complétées par d’autres données géolocalisées, comme par exemple les données issues du répertoire SIRENE. Ces dernières peuvent apporter des informations supplémentaires comme par exemple le nombre de salariés au lieu de travail, le nombre de commerce ou encore le nombre d’entreprises par code NAF agrégées au niveau du carreau.